Ce message est également disponible enAnglais

La taille de la vigne est un travail délicat et fondamental pour la vie de nos vignobles. C’est elle, en effet, qui va déterminer l’évolution du cep au cours de sa croissance, sa forme, la quantité et la qualité des raisins récoltés à la vendange.  L’objectif est de produire sans excès, afin de concentrer les sucres naturels et les arômes à la belle saison, et de bien répartir les grappes sur les pampres pour qu’elles profitent du maximum d’espace et d’aération dans le feuillage.

Travail lent et fastidieux, la taille s’effectue dès la chute des feuilles, pendant le repos végétatif jusqu’au “débourrement”, c’est à dire de début novembre jusqu’à mars.  Cette tache agréable sous un beau soleil hivernale devient pénible dans la grisaille humide ou face à un mistral glacial.

De plus, nos tailleurs ont besoin d’un réel savoir-faire.  Devant un pied de vigne, il faut tenir compte du cépage, de la vigueur du pied et enfin, de l’objectif de rendement de la parcelle.   Après réflexion, pied par pied, il sera laissé le nombre de bourgeons permettant d’obtenir  le  nombre   de grappes  idéal   porté  par  les rameaux.

A titre indicatif, pour imaginer l’ampleur de la tâche, livrons nous à un petit exercice mathématique : il y a 5.000 pieds par hectare soit 500.000 pieds sur la propriété à tailler.  Nous laissons 6 coursons (rameau taillé) par pied soit un total approximatif de 3.000.000 coups de sécateur (la vérité est en fait plus proche du double!).