J’aimerais vous parler de la coulure, un épisode du cycle de la vigne peu expliqué, souvent perçu comme une mauvaise nouvelle mais qui peut au contraire être un facteur de qualité. J’ai fait une petite video à ce sujet en anglais il y a quelques semaines alors que j’étais dans une parcelle de jeunes Grenache (4ème feuille) sur le lieu dit « Bellecoste ». Vous pourrez la retrouver ici.

Tout d’abord, faisons une petite parenthèse de biologie. Le développement du raisin commence, comme pour tout fruit, par la pollinisation de la fleur de vigne. Cette phase s’appelle la nouaison où les baies commencent à prendre forme et grossir. Au cours de cette phase, un certain pourcentage de fleurs non fécondées tombe : on dit qu’elles coulent. Lorsque ce pourcentage est à peu près de l’ordre de 50% nous restons dans un phénomène positif pour la qualité de notre matière première. En effet, voici ci-après un comparatif entre deux grappes de nos jeunes Grenache à des stades légèrement différents :

Michel Gassier montre le phénomène de coulure

Quelles sont donc les causes de ce phénomène de coulure ? Plusieurs facteurs vont le favoriser, par exemple un stress hydrique trop important avant la floraison, l’équilibre des éléments minéraux présents dans nos sols, la vigueur de la vigne, etc…. Toutefois, les variations annuelles observées dans le vignobles sont surtout dépendantes des conditions météorologiques : des gelées de printemps, une météo froide, nuageuse ou encore une forte humidité vont toutes avoir un énorme impact sur chacune des étapes précédant la nouaison : le bourgeonnage de la fleur, son développement et la floraison.

Cette année, alors que j’étais un peu soucieux de la quantité trop abondante de raisins en devenir sur nos ceps de Grenache, j’ai pu constater que ce phénomène de coulure avait non seulement permis d’alléger la charge du cep, mais aussi d’avoir des grappes avec un nombre satisfaisant de baies, bien aérées et qui le resteront jusqu’à maturité. Ceci permettra la libre circulation de l’air autour des baies (positif pour l’état sanitaire) et la pénétration de la lumière (positif pour la coloration des baies). Le fait que la floraison de ces Grenaches ait eu lieu pendant un week-end un peu pluvieux et frais a donc été pour la Nature un moyen de sélectionner le meilleur… à nous de bien le traiter !