Au moment où la nature se réveille, et où le millésime 2014 commence, j’avais envie de vous montrer ce que nous faisons dans nos vignes pour préserver l’équilibre fragile de tout un écosystème.

Notre appellation Costières de Nîmes profite déjà d’une variété culturale très riche, ce qui lui a valu d’être choisie parmi 4 sites en France pour le projet européen de recherche Biodivine dont l’objectif est de réaliser l’inventaire de biodiversité dans les vignobles. Pour nos terroirs en particulier, nous avons la chance d’avoir ou des bois ou des vergers en lisières de nos vignes. Dans ce cadre exceptionnel, nous participons activement à la protection de la biodiversité en semant des légumineuses dans les rangs et en recréant des bosquets au milieu des vignes avec des espèces de notre garrigue (pins, chênes, oliviers,…). Mais pourquoi faisons-nous tout cela ?

Sensibles à la préservation de la faune et de la flore, nous nous sommes rendus compte qu’un environnement constitué uniquement de vignes pouvait favoriser certaines espèces plutôt que d’autres. C’est donc vraiment dans un prolongement de notre démarche d’agriculture biologique que nous faisons tout pour que des espèces concurrentes cohabitent dans nos vignobles, protégeant ainsi naturellement la vigne des maladies, des insectes malfaisants et lui permettant de puiser dans un sol vierge de toute pollution. En effet, dès lors qu’il y a cette diversité, les espèces se régulent entre elles, les mammifères reviennent car il y a de quoi manger et les vers de terre et autres arthropodes sillonnent nos terroirs.

Armé de mon appareil photo, j’ai été heureux de voir que nos vignes hébergent de nombreux oiseaux, léporidés, insectes et végétaux. Pour les amateurs gastronomes, j’ai même trouvé des poireaux sauvages…

Biodiversité

De haut en bas et de gauche à droite : Vue de nos vignes depuis un nouveau bosquet de pins. Une piéride dans un terrain en jachère. Une outarde canepetière se posant. Des poireaux sauvages. Des poils de lièvre. Une coccinelle dans le sainfoin (inter rang). Une chrysalide de piéride sur un piquet. Un arthropode qui se fait bronzer. Un olivier et un micocoulier fraichement plantés. Nos vignes entre pêchers en fleurs et pins.

PS : Pour cet article, je vous ai fait une sélection de photos ; je vous invite à les voir toutes sur notre page www.facebook.com/vignoblesmichelgassier.