La presse spécialisée commence à peine à en parler mais la très forte augmentation de la mortalité des vignes due à ce que l’on appelle pudiquement « les maladies du bois » inquiète fortement la profession.

Chaque année, une parcelle peut perdre entre 1.5 et 3.5% de sa population soit 15 à 35% en 10 ans. La première conséquence évidente est la perte de récolte ; à long terme, cela implique la disparition progressive des vieilles vignes, si importantes dans l’élaboration des grandes cuvées.

 

La recherche viticole a aujourd’hui très peu de certitudes sur les maladies du bois si ce n’est que ce terme regroupe plusieurs symptômes tels que Eutypiose Esca, Black dead arm, etc…

black_dead_arm

cas de black dead arm sur bois

feuille_esca

cas d’Esca sur feuille

On s’accorde aussi à penser que ces maladies seraient causées par des populations de champignons se multipliant dans le bois de la souche jusqu’à obturer les canaux de sève ; ce phénomène entraîne une mort « apoplectique » de la souche, sur le même principe qu’un accident vasculaire dû à une artère bouchée chez l’homme.

Necrose_Eutypiose_72dpi_blog

cas de nécrose due à l’Eutypiose

Pour essayer de trouver une solution à ce problème, nous avons mis en place une expérimentation impressionnante à une visite chez Rafaël Palacios, dans le Valdeorras en Galice. Les anciens utilisaient une technique barbare qui consiste à fendre en deux la souches atteintes jusqu’au point de greffe et à y insérer un caillou au milieu.

Les champignons, ainsi exposés à l’air et à la lumière (ce qui les incommode fortement), vont sécher. La vigne va pouvoir cicatriser et donc développer de nouveaux canaux de sève.

methode_caillou_72dpi_pour-Blog

un pied de vigne fendu jusqu’au point de greffe

methode_caillou

Les résultats chez Rafaël Palacios étant spectaculaires, nous avons décidé de tester cette pratique ancestrale chez nous. Chaque année, nous identifions les pieds malades grâce à un ruban bien voyant pour ne pas utiliser les mêmes outils lors de la taille et ainsi éviter une contamination des souches saines. Cet hiver, noàus avons donc fendu les souches malades enrubannées…Il faut avoir le cœur bien accroché ! Affaire à suivre…