Alors que la nature semble engourdie par les frimas hivernaux, la vigne, elle, fourmille de petites mains habiles et précises : c’est la période de la taille, un moment crucial dans le cycle de vie de la vigne qui impacte la qualité des raisins et donc celle du vin.

Animés par cette volonté farouche de transmettre aux générations futures des vignes saines et pérennes, nous avons, grâce aux conseils de Romain Mirc (vois notre article “Toujours plus loin”) remis au goût du jour dans les nouvelles plantations la taille en gobelet dans le vignoble de Bek dont sont issues Nostre Païs et Lou Coucardié.

11032015-_20A5166HD

Bien entendu, nous n’avons pas de résultat immédiat car la vigne a besoin de temps pour s’exprimer ; mais le plaisir qu’ont les équipes à travailler les gobelets est déjà bien concret. Quel bonheur pour Carlos et Corneliu de pouvoir sculpter la plante dans sa globalité et d’en apprécier son architecture !

Cette année, confrontés à des problèmes de mortalité accrue sur des jeunes vignes plantées en simple cordon, nous avons décidé avec Romain de changer leur structure.

Gobelet-en-cordon

Si le simple cordon offre certains atouts, il s’avère cependant peu adapté à la Syrah ou au Viognier (cépages de Rhône Nord). En effet, dans une région où le climat est venteux et pauvre en eau, le simple cordon devient vite « énergivore » car il demande un effort important à la vigne pour nourrir les feuilles situées au sommet de la canopée.

Pour comprendre, essayez de porter 2 bouteilles avec un seul bras : l’effort demandé à votre bras est colossal. Essayez maintenant de prendre 1 bouteille dans chaque main : la masse étant répartie, l’effort est équilibré entre les 2 bras et donc facilement réalisable.

Pour la vigne, c’est pareil. C’est pourquoi nous envisageons de transformer ce vignoble en « gobelet éventail » qui nous parait mieux adapté et apporte une réponse à ce problème.

Gobelet-en-éventail

Tout en permettant le palissage (contrairement au gobelet classique), les bras sont répartis de part et d’autre du cep pour équilibrer la plante. Au lieu de parcourir un chemin sinueux et long, la sève emprunte un circuit plus court, la consommation d’énergie est donc plus faible, ce qui offre un bon comportement végétal. La vigne pourra ainsi conserver de l’énergie pour résister au stress hydrique, lutter contre les maladies, avoir une belle pousse et créer une réserve suffisante pour l’année suivante.

Nos chefs d’équipe, dont l’un est spécialiste du cordon et l’autre du gobelet, vont pouvoir réaliser un vrai travail d’équipe sur le gobelet en éventail en mettant leurs compétences en commun.

Rendez-vous l’année prochaine pour les résultats de cette évolution !