Enherbement (grassing down)Ces deux techniques sont souvent considérées comme opposées alors qu’elles conviennent à des conditions de terroir, de cépages, de climat et d’objectif de vins différents. Elles peuvent de plus se compléter à des moments différents de l’année car chacune joue un rôle.

Le travail du sol permet la destruction de plantules superficielles concurrentes de la vigne, aère la structure du sol permettant une décomposition de la matière organique plus rapide, réduit l’évaporation de l’eau du sol et facilite le développement des racines profondes. En limitant la concurrence et en facilitant l’alimentation de la plante, cette technique favorise la vigueur de la plante. Elle est adaptée aux vieilles vignes, aux terroirs maigres et aux zones sèches et se justifie lorsque les rendements sont naturellement très bas.

Travail du sol (tilling)L’enherbement au contraire, concurrence la vigne pour l’eau et les sels minéraux du sol, mais uniquement sur les 25 premiers centimètres. Il force ainsi la vigne à redéployer ses racines dans les couches plus profondes du sol où l’alimentation est moins riche et plus régulière. L’enherbement permet aussi, d’éliminer les excès d’eau lors des années pluvieuses et est le moyen de lutte le plus efficace contre la pourriture. En constituant un tapis végétal protecteur, il prévient de l’érosion, limite le tassement des sols et procure un habitat pour une faune et une flore complémentaire. Cette technique est adaptée aux terroirs vigoureux, aux climatologies arrosées, aux jeunes vignes exubérantes et lorsque les rendements sont excessifs. Il est possible aussi de maintenir un enherbement naturel en hiver lors de la phase de dormance de la vigne et de passer en travail du sol lors de la phase de croissance active. Pour tirer la quintessence de nos terroirs, nous choisissons pour chaque parcelle la technique la plus adaptée. Loin de la systématisation dogmatique, nous restons à l’écoute de ce qu’exprime la vigne pour produire de vrais vins de terroir et d’artisanat.